L’ITALIE A eu 65 gouvernements au cours des 73 dernières années. Même à ce rythme effréné, le pays n’a jamais eu une coalition comme celle qui négocie actuellement pour prendre le pouvoir ensemble. À l’une des extrémités se trouve le Five Star Movement (5SM), un groupe de protestation devenu force politique. De l'autre côté se trouve Lega, un parti d'extrême droite qui a fait de l'anti-immigration sa carte de visite. C’est un accord improbable au premier abord. Lancé à la suite de la crise économique de la zone euro en 2009, le 5SM a courtisé les jeunes et les marginalisés au moyen de politiques et de discours anti-européens déclarés - dont une grande partie a été abandonné au fur et à mesure de son intégration dans le courant dominant. Mais il n'a jamais perdu son noyau anti-élitiste et anti-austérité. Lors des élections de mars, il a été récompensé par le plus grand nombre de sièges au Parlement parmi tous les partis. Lega a été la surprise de la saison, arrivant en deuxième position, bien qu’elle n’ait pas non plus reçu suffisamment de voix pour former un gouvernement. Comme 5SM, la perspective de la victoire électorale a rendu Lega plus inclusif, mais uniquement envers les Italiens. Lega promesse d’expulser 600 000 immigrants sans papiers ont résonné, de même que son orientation générale «Italie d’abord». Les deux groupes ont juré d'aider les opprimés de l'Italie, mais de différentes manières. La promesse de campagne de Lega consistait en une taxe forfaitaire de 15%, ce qui donnerait un coup de fouet indispensable à la classe ouvrière et aux petites entreprises. L’engagement phare de 5SM était un système garantissant un revenu minimum à tous. 5SM considère la proposition de Lega comme un allégement fiscal pour les riches; Lega considère l’engagement de 5SM comme un cadeau. Les deux propositions (et tout compromis éventuel) feraient exploser les finances publiques déjà précaires de l’Italie. Heureusement pour eux, ils s'entendent sur le véritable ennemi: Bruxelles. Tous deux font de la bureaucratie européenne, des règles budgétaires et de l’euro des ennemis de toute reprise économique en Italie. Cela suffira peut-être pour que les deux se réunissent et forment un gouvernement prospère. Mais ni l’un ni l’autre n’a beaucoup d’expérience en tant que cadre, et même s’ils sont capables de dissimuler les différences de maintenant, aucun des deux groupes n'a jamais eu besoin de compromettre ses positions relativement extrêmes pendant une période prolongée. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce séminaire incentive en Sicile.